Doc? On arrête quand les médocs?

Les psychiatres les plus embarrassés par cette question sont certainement ceux qui savent à quel point la réponse peut déterminer la suite de la prise en charge. Dans le cas d’un premier épisode psychotique, la recherche nécessaire d’un compromis avec le patient doit tenir compte d’une multitude de facteurs dont certains peuvent être difficiles à cerner au moment où la question se pose. Parmi ceux-ci, le risque de rechute tient évidemment une place importante, parfois au point de négliger les effets secondaires invalidants que peuvent procurer les neuroleptiques, ce qui peut avoir des conséquences désastreuses.

La plupart des études sur le sujet se limitent à du court terme, en général 18 mois, et plaident en faveur du maintien de ces neuroleptiques. La plupart des recommandations se basent sur ces données, notamment la HAS qui recommande de poursuivre le traitement pendant au moins deux ans après un premier épisode. Si l’effet de ce maintien systématique est bénéfique sur le taux de rechute pendant les deux premières années, on pourrait aisément en déduire que les patients s’en portent mieux après. Or cette étude néerlandaise récente suggère le contraire.

Elle concerne une centaine de patients parmi les 257 ayant participé à une première étude il y a plus de dix ans suite à un premier épisode psychotique. Ceux pour qui le traitement avait été diminué et/ou interrompu pendant les deux premières années, et qui rechutaient davantage durant cette période, témoignent d’un taux de rémission plus de deux fois supérieur sept ans plus tard. Il semble que pour certains patients, le rapport bénéfices/risques de l’imprégnation neuroleptique s’inverse plus ou moins rapidement après le premier épisode, ce qui pourrait remettre en question le maintien du traitement en prévention des rechutes. Les nombreux biais de cette étude dissuadent logiquement les auteurs de tirer toute conclusion définitive tant que ces résultats n’auront pas été suffisamment répliqués.

 


Lex Wunderink, Roeline M. Nieboer, Durk Wiersma, Sjoerd Sytema, Fokko J. Nienhuis. Recovery in Remitted First-Episode Psychosis at 7 Years of Follow-up of an Early Dose Reduction/Discontinuation or Maintenance Treatment Strategy:Long-term Follow-up of a 2-Year Randomized Clinical TrialJAMA Psychiatry. 2013.

Patrick McGorry, Mario Alvarez-Jimenez, Eoin Killackey. Antipsychotic Medication During the Critical Period Following Remission From First-Episode Psychosis:Less Is MoreJAMA Psychiatry. 2013.

Nancy A. Melville. Antipsychotics in First-Episode Psychosis: Less Is More. Medscape. Jul 16, 2013.

8 Comments

  1. […] Pour plus d’informations, cliquer ICI […]

  2. Laurence

    Bonjour,
    je trouve votre article intéressant et nuancé; il est rare pour un psychiatre d’avancer ce genre d’hypothèse; cela prouve que vous êtes engagé et que vous cherchez d’autres solutions que les médicaments pour soigner les patients; la plupart en prescrivent un peu trop systématiquement à mon gout; or, une fois que l’on prend un traitement de longue haleine, il est souvent difficile de savoir si il est bon de l’arrêter et surtout à quel moment l’arrêter; seul un professionnel comme vous peut éventuellement répondre à cette question et on voit bien à travers votre article que certains aspects de la psychiatrie en sont peut être encore au stade expérimental; Cela pose un réel problème, à la fois pour les médecins et pour les patients; les traitements soulagent les patients sans aucun doute mais comment savoir quand les arrêter? le problème est assez complexe et il est très difficile de savoir vers qui se tourner dans ces cas là; certains patients « perdent patience » et arrêtent par eux-mêmes, c’est très risqué car cela peut être bon comme mauvais. Faire « sa petite cuisine » tout seul peut être fatal au patient qui s’expose à des rechutes certaines. Peut être avez vous des petits « trucs », des « indices », qui permettraient aux patients de savoir qu’il peut se risquer à arrêter son traitement progressivement, sans s’exposer inévitablement à une rechute? je sais que cela est un peu scabreux médicalement parlant, mais d’après votre article, il n’y a pas vraiment de moyens fiables pour arrêter des médicaments de ce genre?

    Laurence

    1. Merci.
      Hélas, il n’existe pas à ce jour de méthode infaillible pour prédire une rechute ni pour savoir quand diminuer ou arrêter un traitement neuroleptique.
      Ceci doit dans tous les cas être réalisé dans le cadre de l’alliance entre le psychiatre et son patient, d’où la nécessité pour le psychiatre de ne pas fuir cette éventualité ou la discussion à ce sujet, et d’où la nécessité pour le patient de ne pas faire sa petite cuisine dans son coin comme vous le mentionnez.
      À de très rares exceptions près, c’est la diminution progressive qui est recommandée par le médecin, avec un renforcement de la surveillance.
      Si des symptômes réapparaissent ou réaugmentent lors du franchissement d’un nouveau palier, un retour au palier supérieur peut-être envisagé pendant plus longtemps.
      L’objectif ne doit pas être obligatoirement l’arrêt total mais plutôt la dose optimale : le meilleur compromis entre symptômes et effets secondaires qui permettra le meilleur « fonctionnement » possible du patient.
      Je rappelle que dans tous les cas, la collaboration du médecin et de son patient est indispensable.

  3. michel

    Oublions pas que dans la psychiatrie le soin est palliatif et non curatif. Cela veut dire que les psychiatres ameliore tout ce qui est aux alentours des troubles et non le trouble lui même. La recherche sur l’origine biologique des troubles après maintenant plus de 50 ans de recherches se sont révélés infructueux malgré l insistance des psychiatres sur ce bio modèle. En réalité la psychiatrie est en crise et ce n est pas juste une question de manque de moyen mais plutôt un manque evident d efficacité. Entre 85-90% des patients n ont aucune amélioration de leur troubles. Ces résultats catastrophique ne doivent normalement pas etre évoqué car c est un secret de psychiatre que d admettre qu’il n y a tout simplement pas de guerison possible.

  4. Bonjour,
    Moi j ai vu une amelioration chez un tiers sous neuroleptiques : esprit plus clair. Moins d angoisse.
    Mais bon il y avait 3 a 4 psychotropes (stupides) dans le circuit, a virer en premier lieu.

    Les neuroleptiques oui.. au prix de la marche, de malaises, et peut être de sa sante et de son état general (déjà fragile).
    Il y a d autres méthodes que les neuroleptiques,( ou autre) pour la démence :la musique, le jardinage, le sport, éventuellement le massage et meme l aromathérapie.
    Mais c est gourmand en temps, en patience, formation, et en moyens humains.

    Passer deux mois a l hôpital pour des neuroleptiques, et repartir un mois après la sortie, en médecine aiguë… pour y repasser plusieurs mois, tout ca c est de l argent balance par les fenêtres.

    Je crois sincèrement que les psychotropes aident peu les personnes agees… ils engendrent d autres soucis de sante, qui coutent encore plus chers a la société.

    1. Comment pouvez vous être sur que 1/3 des patients sont améliorés sachant qu ils prennent des neuroleptiques et que cela modifie donc leur façon de percevoir les choses et d interagir ?

      1. L amélioration est toute relative car le prix des effets directs des tranquillisants n est il pas supérieurs aux bénéfices?

  5. Définition psychotrope PSYCHOTROPE, adj. et subst. masc.

    MÉD. (Médicament, substance) qui modifie le psychisme et le comportement.

    Sachant que cela modifie le psychisme et le comportement comment pouvez vous être sur que votre patient va mieux et vont ils réellement mieux sous un produit psychotrope? Votre avis sur le fait que 1/3 des patients vont mieux ne serait il pas au mieux plutot subjectif ?
    N y a t il pas un problème inhérent à la psychiatrie que de soigner avec des psychotropes ?
    Sachant l autoritarisme du système psychiatrique , ce qui est fou c est le manque de remise en cause sachant le nombre faible des personnes rétablies
    et ne parlons même pas du nombre de personne guérie qui alors la relève presque du miracle. La seule chose qui marche encore bien est la fonction carcérale de la psychiatrie la aucun doute cela marche du tonnerre de dieux, quand est il du nombre de décès suite à ces emprisonnements ? De la à dire que la psychiatrie tue plus qu elle ne soigne.. au fait les psychiatres sont des spécialistes en quoi de la pensé humaine? N’y aurait il pas une dissonance cognitive et est ce qu on pourrait arrêter de jouer avec les mots surtout en psychiatrie comme chambre de soin intensif pour dire une chambre d isolement a quand la fin de cette hypocrisie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s