Vous reprendrez bien un peu de psychose

Volontiers cher collègue ! Je l’aime particulièrement lorsqu’elle est proclamée par la personne que l’on attendait, lorsque ce mot si cruel résonne sous un tonnerre de silence, lorsque cet argument d’autorité vient tapoter la joue des petits coquins qui croyaient encore l’avoir enterrée. Viennent ensuite les hochements de tête, rictus, brèves marques d’intérêt puis les anecdotes biographiques plus ou moins revisitées sans le principal intéressé, et enfin les jeux de mots qui peuvent bien tomber à coté, peu importe. Tout, absolument tout, même le silence, signe l’approbation. La psychose, on la sent, on la ressent, puis on l’avait pressentie. Essayez de…