Notre valeur dépend-elle de la qualité de nos actes ?

On entend souvent que notre valeur dépendrait de la qualité de nos actes, avec notamment des tonnes de proverbes et citations en tous genres : « Dis-moi ce que tu fais, je te dirai qui tu es » etc. Mon souci n’est pas de savoir à quel point c’est vrai mais à quel point ça peut aider les gens de penser comme ça. Et ce qui est sûr, c’est que ça n’aide pas à s’accepter ni à accepter les autres. Alors est-il possible de définir la valeur d’une personne par la qualité de ses actes? Mes arguments seront ceux du…

Les experts autoproclamés et l’effet Dunning-Kruger

Cette digression concerne tous les experts autoproclamés. On ne se méfie jamais assez de la perception que nous avons de notre connaissance propre (aussi sale soit-elle). Il est essentiel de toujours conserver ce graphique dans un coin de la tête. Il correspond à l’effet Dunning-Kruger, désigné d’après les deux hommes du même nom suite à une étude importante. Pour ceux qui ne sont pas très visuels et pour compléter le graphique, il y a globalement et grossièrement 4 points à retenir de cette étude : Notre incompétence nous fait surestimer notre niveau de compétence. L’incompétence mène non seulement à des moins…

Vaut-il mieux s’attendre au pire ?

Alors, vaut-il mieux s’attendre au pire? À vue de nez, c’est une très bonne affaire! Penser de cette façon devrait logiquement permettre d’être moins déçu en cas d’échec et plus satisfait en cas de réussite. Deux psychologues de l’université de Washington ont voulu tester cette prédiction sur un panel d’étudiants auxquels ils ont soumis des problèmes à résoudre. Les résultats n’ont pas confirmé cette prédiction. Ceux qui s’attendaient au pire étaient certes moins surpris en cas d’échec, mais ne se sentaient pas plus joyeux, plus calmes ou plus satisfaits d’eux-mêmes en cas de réussite, ni moins tristes, moins tendus et…

Choisir un antidépresseur en 2018

J’ai été très récemment invité à réagir à l’effort de vulgarisation d’un confrère neurologue. Sa conception de la dépression (et des antidépresseurs) est critiquable mais elle a le mérite d’exister et d’être désormais accessible au grand public. Il est bien regrettable que les psychiatres ne s’expriment pas davantage sur leur façon de soigner et c’est dans cette idée que je propose ici ma vision des choses. Elle est assez simpliste car principalement basée sur ma simple expérience et donc toute aussi critiquable. En espérant qu’elle puisse encourager des confrères et collègues à s’exprimer à leur tour au-delà de quelques tweets….

Ce qui cloche DANS la psychiatrie

Ce billet est une réponse possible à celui intitulé Ce qui cloche AVEC la psychiatrie et une tentative d’explication (et non de justification) de ce qui nous conduit à clocher de la sorte. Dans ses formes traditionnelles et le plus souvent actuelles, la psychiatrie conditionne ses acteurs à une considération négative du patient/usager, ainsi qu’à une vision inquiétante et pessimiste de son avenir. Beaucoup de facteurs conduisent à cette appréciation négative, à commencer par un biais de confirmation des plus tenaces : ceux qui s’en sortent disparaissent le plus souvent de nos radars (hélas). Allez les chercher serait un effort trop couteux. Alors…