Sainte-Anne, hôpital psychiatrique

Pathétique sur de nombreux point, ce film de 90 minutes ne fait pas honneur à la psychiatrie française, d’autant plus qu’il est tourné à Sainte-Anne, un hôpital historique et réputé, que l’on imagine volontiers de pointe mais dont les différentes sections demeurent aussi hétérogènes qu’ailleurs. Il s’agit principalement d’une unité fermée, donc apte à recevoir des patients dont l’état ne permet pas le consentement aux soins. Il serait inutile de revenir sur la façon dont est filmé ou monté le reportage, du fait qu’il insiste sur les éléments les plus lugubres et brutaux et qu’il en délaisse probablement d’autres. Ceci n’empêche pas certaines scènes d’exister, d’être incluses et de ne pas correspondre à une bonne pratique de la psychiatrie.

Un journaliste s’étonne notamment de plusieurs faits sur son blog :

Les « électrochocs » existent encore : oui effectivement et le sujet fait débat. La manière dont la sismothérapie est délivrée dans le film ne pose pas de problème. En revanche, l’obtention du consentement, même s’il ne s’agit probablement pas de la première fois pour ce patient, laisse quelque peu à désirer. Ce recueil du consentement apparait d’ailleurs paradoxal lorsque les patients sont hospitalisés et traités sans leur consentement. Pour plus d’information, rendez-vous dans la section concernée aux ECT.

La contention physique, autrement dit, attacher les malades sur le lit avec des sangles pendant un ou plusieurs jours, et fermer la chambre à double tour, existe encore : oui toujours. Il s’agit d’une mesure adoptée en urgence en cas d’agitation extrême ou de risque majeur de passage à l’acte, et qui ne doit durer que quelques heures, le temps que les médicaments administrés parallèlement agissent. La mise sous contention dans le reportage est discutable : un traitement sédatif et un temps d’isolement auraient peut-être été suffisants. Par ailleurs, la contention ne calme pas les patients pas plus qu’elle ne les rassure. Les soignants affirmant le contraire ne le font que pour se rassurer eux-mêmes. La contention n’est utilisée que pour prévenir le danger, pour le patient ou pour les autres (ce sont les médicaments qui calment).

Par la suite, un soignant visiblement excédé profère des menaces à l’encontre de ce même patient après la levée de la contention, du type « si tu continues tu seras à nouveau attaché ». Ce genre de comportement ne devrait pas être toléré et j’espère bien que ce jeune homme a été rappelé à l’ordre suite au reportage, d’autant plus qu’il cautionne de ce fait la contention en tant que mesure punitive. À ce moment même, le patient n’est pas agité ni agressif mais bruyant et sa chambre et bordélique. Au cours de ce moment de faiblesse, il se met à parler (ou plutôt à hurler) d’un sujet qui le touche profondément mais aucun des deux soignants présents ne saisit hélas cette occasion pour entamer le dialogue. Dans l’idéal, le second soignant aurait pu désamorcer le conflit, prendre le patient à part et discuter avec lui. Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait? Est-ce réellement une question de manque de moyen? Une question de manque de formation? Une question de manque d’empathie? Une question d’ambiance au sein du service? Peu importe. Il fallait le faire.

L’enfermement, sans consentement, sur décision unilatérale du psychiatre, existe encore : cela n’est actuellement pas autorisé par la loi. Outre la demande d’un tiers, l’hospitalisation sans consentement nécessite l’avis d’un ou de deux autres psychiatres dans les 24 heures. Dans le reportage, le psychiatre reçoit (ou obtient selon l’interprétation) cette demande de tiers au cours du fameux entretien où il reconnait s’être parfois trompé, mais que les patients ne lui en veulent « jamais vraiment ». Cette citation, surtout tirée hors de son contexte (celui-ci rajoute par la suite qu’il préfère hospitaliser quelqu’un à tort pendant quelques jours que de le retrouver pendu chez lui) constitue un manque de respect profond pour les patients concernés. Si cette crainte du passage à l’acte nous ronge parfois, elle ne doit pas nous empêcher de pouvoir évaluer au mieux la dangerosité d’un patient pour lui-même ou pour les autres, même si cela implique de prendre davantage de temps.

L’utilisation massive de médicaments, qui peut prendre la forme de contention psychique, existe encore : oui hélas des progrès restent à faire en matière de psychotropes même si ceux-ci ont permis à certains patients de sortir des asiles et à d’autres de ne pas subir de contention physique. Les doses sont souvent plus élevées à l’hôpital qu’à l’extérieur, ce qui peut paraitre paradoxal mais qui peut s’expliquer par le fait que les patients sont en général hospitalisés pour des pathologies sévères en phase aiguë. Le vécu douloureux de l’enfermement et ce qu’il implique (ennui, frustration etc.) sont également en cause. La sédation se révèle notamment plus importante en chambre d’isolement et encore davantage lors de l’usage des contentions physiques, du fait de l’état du patient mais aussi pour lui permettre de mieux passer cette période délicate volontiers vécue comme interminable.

Le reste du reportage contient d’autres scènes tragiques notamment celles des réunions d’équipes qui dévoilent un chef de service odieux et qui pourraient s’apparenter à un sketch des Inconnus sans l’humour. Chaque équipe de psychiatrie devrait visionner ce reportage et s’instruire de ces quelques scènes pour progresser.

Sainte-Anne, hôpital psychiatrique : 12345678910

3 Comments

  1. CACHET

    Ce film reflète bien ce qu’est la psychiatrie en France et je pense que d’autres institutions sont bien pires comme l’Hôpital Robert Ballanger pour ne pas le nommer à Aulnay sous Bois (93). D’ailleurs cette institution a un service pour les adultes autistes qui ne sortent jamais. Interdite au public, les adultes sont souvent nus ou en blouse ! Enfin juste une horreur en France ! Les familles ont abandonné ces adultes mais je pense que le corps psychanalytique a bien contribué à cela ! Il serait grand temps que l’on ouvre un peu plus grands les yeux sur ce qui se passe dans notre pays !
    Ce reportage sur St Anne est juste sidérant quand on observe le manque de respect du malade. Un passage touchant est quand une patiente dit vouloir fumer une cigarette. Elle a mis son pantalon par dessus son pyjama pour ne pas avoir froid. Là Une tatie Danielle (infirmière) lui dit qu’elle en a rien à faire, qu’elle fumera plus vite mais qu’elle doit retirer son pantalon. Comme la patiente ne se décide pas ils viennent à 5 sur elle, la déshabille nue d’ailleurs pour lui enfiler un pyjama et parle d’elle comme si elle n’était pas présente. C’est juste à vomir de voir ces petits chefs maltraités des personnes !!! et de surcroît malades. Le métier n’est certes pas facile mais je pense que de meilleurs conditions offertes aux malades donneraient un autre ton et une toute autre ambiance. Et bien je n’ai juste une chose qu’à souhaiter c’est de n’y mettre jamais les pieds ni moi ni ma fille et aucun de mes proches !

  2. Ce film est effectivement choquant. Le traitement des patients y est effectivement sous-optimal. Cela étant, au-delà de l’émotion et des discussions techniques sur les modalités de contention, par exemple, il est quelque part regrettable que des sanctions aient été prises à la suite de ce film sur le personnel hospitalier: il est en effet nettement plus important et « socialement profitable » qu’un reportage somme toute honnête malgré ses « biais » ait pu être autorisé au tournage que de prendre des sanctions « sarko-émotives » sur des pratiques qui auront du mal à changer ne serait-ce que par inertie.

    La célérité de la sanction de Mr. Massé, par exemple, contraste fortement avec la difficulté qu’ont rencontrée les associations de patients non-subventionnées pour tenter de faire respecter des droits. Deux poids, deux mesures, selon qu’on soit sous les spotlights ou pas.

    Je crains qu’à l’avenir il soit plus difficile de faire preuve de transparence institutionnelle dans ces lieux rarement exposés médiatiquement. Cela serait très regrettable.

  3. Bonjour Igor, psychiatre atypique !

    Nous découvrons seulement ce film. Nous le relatons sur notre site car il est toujours d’actualité, hélas, et on a connu, très récemment, bien pire à Rouffach(68) et, dans un CHU bien sous tous rapports (Strasbourg), une infantilisation, une agitation du personnel d’avantage que des patients, et des contentions abusives.

    Toutefois pour compléter cet article, il nous vient quelques questions précises :

    Question 1
    Quelles ont été les changements dans cet hôpital, une fois l’affaire retombée ? Continue-t-on de malmener et d’humilier les patients ? A-t-on uniquement tenu un discours plein de promesses, ou bien les choses ont-elles réellement changé ? Et, vu l’impact national de ce film, les choses ont-elles réellement changé depuis 2010 en France ?

    La réponse pour nous est non, et nous le savons pour l’avoir vécu en tant que patients en 2012 et 2013 notamment. Mais pour vous qui exercez pas loin de Paris ?

    Question 2
    Les patients ont-ils été interrogés par les journalistes en vertu du droit à l’image ? Il est possible que oui (mis pas forcément pour toutes les personnes filmées). Certaines personnes ont manifestement souhaité montrer la maltraitance subie, mais il faut en être sûr.

    Question 3.
    Y a t il une censure de l’information en France ? Pour quels motifs Daily Motion a-t-il retiré le film intégral (90 minutes) de certains sites dont votre blog ?

    Et enfin, voici ce que nous pensons du jugement de l’Ordre des médecins de 2012 sur cette affaire: Avec le recul, force donc est de constater que, au lieu de suspendre deux chefs de services idiots (ça se voit si ce sont eux qui sont filmés), l’ordre des médecins aurait dû, tout en relevant les manquements à la déontologie, sanctionner l’hôpital tout entier, à commencer par la direction du pôle de psychiatrie, pour des faits autrement plus graves que la divulgation : le manquement quotidien et répété au « respect de la dignité du patient », qui est un des piliers du code de déontologie également. Provoquer la démission de la direction de l’hôpital, et confier une mission d’assainissement aux quelques courageux psychiatres qui ne supportent plus ce système. Obtenir ceci du ministère de la santé. Ceci aurait certainement permis d’entamer une réelle réforme des comportements psychiatriques hospitaliers.

    Notre site pour ceux que ça intéresse (information clinique et thérapeutique, entraide, action)

    http://www.forumpsy.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s