Neuroleptiques [eff. sec. extrapyramidaux]

Les effets secondaires extrapyramidaux sont des phénomènes fréquemment associés à la prise de neuroleptiques et se traduisent par de troubles de la motricité. Ces manifestations peuvent aussi bien se produire précocement (ex. dystonie aigüe) que plus tardivement (ex. dyskinésie tardive). Certains peuvent devenir extrêmement stigmatisants (parkinsonisme) tandis que d’autres peuvent se confondre avec les symptôme du trouble censé être soigné.


  • Lohr JB, Eidt CA, Abdulrazzaq Alfaraj A, Soliman MA. The clinical challenges of akathisia. CNS Spectr. 2015 Dec;20 Suppl 1:1-14; quiz 15-6. doi: 10.1017/S1092852915000838. PMID: 26683525.
  • Divac N, Prostran M, Jakovcevski I, Cerovac N. Second-generation antipsychotics and extrapyramidal adverse effects. Biomed Res Int. 2014;2014:656370. doi: 10.1155/2014/656370. Epub 2014 Jun 3. PMID: 24995318; PMCID: PMC4065707.
  • Burkhard PR. Acute and subacute drug-induced movement disorders. Parkinsonism Relat Disord. 2014 Jan;20 Suppl 1:S108-12. doi: 10.1016/S1353-8020(13)70027-0. PMID: 24262159.
  • Dayalu P, Chou KL. Antipsychotic-induced extrapyramidal symptoms and their management. Expert Opin Pharmacother. 2008 Jun;9(9):1451-62. doi: 10.1517/14656566.9.9.1451. PMID: 18518777.
  • Sachdev PS. Neuroleptic-induced movement disorders: an overview. Psychiatr Clin North Am. 2005 Mar;28(1):255-74, x. doi: 10.1016/j.psc.2004.10.004. PMID: 15733622.
  • Rodnitzky RL. Drug-induced movement disorders. Clin Neuropharmacol. 2002 May-Jun;25(3):142-52. doi: 10.1097/00002826-200205000-00004. PMID: 12023568.

 

 

La psychophobie [pensées dysfonctionnelles]

 

La psychophobie et le validisme sont des formes de discrimination et d’oppression s’exerçant sur des personnes neurodivergentes et/ou handicapées et/ou psychiatrisées. Déconstruire nos préjugés psychophobes et/ou validistes implique préalablement de prendre conscience que certains de nos privilèges nous y ont conduits.


Évitement expérientiel et anxiété

L’évitement expérientiel consiste à ne pas rester confronté à ce qui me stresse intérieurement à court terme (ex. des pensées, émotions, sentiments, souvenirs, sensations etc.), ceci tout en sachant (ou pas) que les conséquences à long termes peuvent être encore plus négatives.


  • Gámez W, Chmielewski M, Kotov R, Ruggero C, Watson D. Development of a measure of experiential avoidance: the Multidimensional Experiential Avoidance Questionnaire. Psychol Assess. 2011;23(3):692-713.
  • Mohammadkhani P, Pourshahbaz A, Kami M, Mazidi M, Abasi I. ‎ Anxiety Sensitivity Dimensions and Generalized Anxiety‏ ‏Severity: The ‎Mediating Role of Experiential Avoidance and Repetitive‏ ‏Negative Thinking‎ ‎. Iran J Psychiatry. 2016 Jul;11(3):140-146.

Dimensions psychiatriques

Approches dimensionnelles et catégorielles des troubles psychotiques et de l’humeur en psychiatrie.


  • American Psychiatrie Association : DSM 5® – Manuel Diagnostic et statistique des troubles mentaux, 5ème édition (Elsevier Masson, 2015)
  • Arsime Demjaha, Robin M. Murray. Overview of Schizophrenia: Dimensions of Psychopathology (Chapter 1), Handbook of Behavioral Neuroscience, Volume 23, Pages 5-15 (Elsevier, 2016)

 

Le trouble borderline/limite [hypersensibilité interpersonnelle]

L’hypersensibilité interpersonnelle se manifeste généralement par des craintes d’être abandonné·e, par une forte sensibilité aux signes de rejet et par une difficulté à tolérer la solitude. Ceci conduit paradoxalement à ressentir à la fois un intense besoin des autres et un besoin tout aussi intense de s’en protéger. Si ce phénomène est le plus souvent associé au diagnostic de trouble de la personnalité borderline, il peut aussi se rencontrer dans d’autres contextes, post-traumatiques par exemple, ou dans l’anxiété sociale.


John G. Gunderson & Paul S. Links (2014). Handbook of Good Psychiatric Management for Borderline Personality Disorder, American Psychiatric Publishing (Washington DC).

Gunderson, J. G., & Lyons-Ruth, K. (2008). BPD’s interpersonal hypersensitivity phenotype: a gene-environment-developmental model. Journal of personality disorders, 22(1), 22–41.

Le trouble borderline/limite