Neuroleptiques [eff. sec. extrapyramidaux]

Les effets secondaires extrapyramidaux sont des phénomènes fréquemment associés à la prise de neuroleptiques et se traduisent par de troubles de la motricité. Ces manifestations peuvent aussi bien se produire précocement (ex. dystonie aigüe) que plus tardivement (ex. dyskinésie tardive). Certains peuvent devenir extrêmement stigmatisants (parkinsonisme) tandis que d’autres peuvent se confondre avec les symptôme du trouble censé être soigné.


  • Lohr JB, Eidt CA, Abdulrazzaq Alfaraj A, Soliman MA. The clinical challenges of akathisia. CNS Spectr. 2015 Dec;20 Suppl 1:1-14; quiz 15-6. doi: 10.1017/S1092852915000838. PMID: 26683525.
  • Divac N, Prostran M, Jakovcevski I, Cerovac N. Second-generation antipsychotics and extrapyramidal adverse effects. Biomed Res Int. 2014;2014:656370. doi: 10.1155/2014/656370. Epub 2014 Jun 3. PMID: 24995318; PMCID: PMC4065707.
  • Burkhard PR. Acute and subacute drug-induced movement disorders. Parkinsonism Relat Disord. 2014 Jan;20 Suppl 1:S108-12. doi: 10.1016/S1353-8020(13)70027-0. PMID: 24262159.
  • Dayalu P, Chou KL. Antipsychotic-induced extrapyramidal symptoms and their management. Expert Opin Pharmacother. 2008 Jun;9(9):1451-62. doi: 10.1517/14656566.9.9.1451. PMID: 18518777.
  • Sachdev PS. Neuroleptic-induced movement disorders: an overview. Psychiatr Clin North Am. 2005 Mar;28(1):255-74, x. doi: 10.1016/j.psc.2004.10.004. PMID: 15733622.
  • Rodnitzky RL. Drug-induced movement disorders. Clin Neuropharmacol. 2002 May-Jun;25(3):142-52. doi: 10.1097/00002826-200205000-00004. PMID: 12023568.

 

 

Une réflexion sur “Neuroleptiques [eff. sec. extrapyramidaux]

  1. Comment peut on appeler cela un médicament qui provoque une telle monstruosité d’effet digne de frankenstein.
    Soigner des patients en leur donnant des effets secondaires aussi graves peut on appeler cela des soins ?
    Des fois on se demande bien si les psychiatres soignent leur patient ou torture les patients au nom d une pseudo science, bien sur toujours en faisant le bien. Cela serait bien de peser le nombre de patient qui vont mieux et ceux qui décèdent des effets des médicaments. Une grande partie des psychiatres serait alors dans le déni car ils n auraient pas le courage que de voir les dégâts qu ils causent. Combien de vies sauvées pour combien vies brisées par la psychiatrie ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s